Conférencier invité et conférenciers en plénière

Don Johnson

Conférencier invité

DONALD JOHNSTON, CP, OC, CR, LLDs, DCL

Donald Johnston a mené une longue carrière à titre d’avocat et d’homme politique. Il a passé dix années au Parlement fédéral et occupé divers postes d’importance au sein du Conseil des ministres.

M. Johnston a été député de 1978 à 1988. Il a fait partie du Conseil des ministres, tout d’abord à titre de président du Conseil du trésor (organisme qui gère la fonction publique et contrôle le budget fédéral), puis à titre de ministre d’État au développement économique et régional, de ministre des Sciences et de la technologie, de ministre de la Justice et Procureur général du Canada. Suite à la défaite du gouvernement libéral en 1984, M. Johnston devenait critique de l’Opposition en matière de finances, puis critique pour les Affaires extérieures.

M. Johnston ne s’est pas représenté à l’élection de 1988. En 1990, il était élu président du Parti libéral du Canada. Réélu en 1992, il occupa ce poste lors de l’élection de 1993, à l’issue de laquelle le Parti libéral fut élu à nouveau.

Il a occupé le poste de secrétaire-général de l’Organisation pour la coopération et le développement économique (OCDE) pendant deux mandats, de 1996 à 2006. Dans ces fonctions, il a imposé la notion de développement durable à l’OCDE en 1999 et créé la table ronde de Montréal pour le développement durable, qui est toujours très active.

Il quitte l’OCDE en 2006 pour poursuivre sa carrière d’avocat chez Heenan, Blaikie (autrefois Johnston, Heenan, Blaikie), étude dont il avait été l’un des fondateurs en 1973 et dont il est toujours conseiller. Il est président de la Fondation McCall MacBain (située à Genève, en Suisse) une œuvre humanitaire qui finance des projets en matière de santé, d’éducation et d’environnement.

De 2006 à 2009, à titre de président du « International Risk Governance Council », de Genève, il a orienté les efforts de cet organisme vers les problèmes de développement durable et a également été professeur invité à l’Université Yonsei, à Séoul, en Corée. Il a aussi été commissaire de l’Initiative euro-atlantique en matière de sécurité de la Fondation Carnegie pour la paix internationale, qui a soumis un rapport au congrès de Munich sur la sécurité, en février 2012.
Il a enseigné le droit fiscal à l’Université McGill de 1963 à 1976. Il a signé plusieurs articles sur la fiscalité et les affaires publiques, et il est l’auteur de plusieurs ouvrages, dont des mémoires sur sa vie en politique.

En 2008, il a été fait officier de l’Ordre du Canada. Le gouvernement français lui a décerné le titre d’officier de la Légion d’honneur. Il a également reçu des distinctions des gouvernements de Slovaquie, de Hongrie, de Belgique, du Japon.

 

Mona Brother

Conférencière au banquet

MONA ELISABETH BRØTHER

Mona E. Brøther a fréquenté l’Université d’Oslo, qui lui a décerné des diplômes en histoire, en espagnol et en sciences politiques. Elle est entrée au service extérieur de la Norvège en 1979 et elle a occupé divers postes à l’étranger, étant notamment ambassadrice au Chili entre 2000 et 2005, et ambassadrice au Venezuela (2008-2009). Au sein du ministère des Affaires étrangères, elle a surtout été affectée à l’information et à la promotion culturelle, mais elle a également participé à l’élaboration des politiques de la Norvège en matière de développement durable depuis le rapport Brundtland, en 1987, jusqu’en 2007.

Entre les années 1998 et 200 , elle a dirigé la section du ministère des Affaires étrangères consacrée au développement durable.

Elle a été coordonnatrice du projet pour l’initiative globale intitulée « Legal Empowerment of the Poor », dirigée par Madeleine Albright et Hernando de Soto, qui était une réflexion sur un plan de développement et qui pris la forme d’un rapport au Secrétaire général de l’ONU en 2008.

Depuis 2009, elle a été directrice générale adjointe du Service de promotion culturelle, de diplomatie publique et du protocole au ministère des Affaires étrangères. Elle a été nommée ambassadrice de Norvège au Canada en avril 2012.

 

Darryl Danyluk

Conférencier du midi

DARREL DANYLUK, ing.

Darrel Danyluk est un ingénieur de renom qui compte plus de 38 ans d’expérience dans le domaine des infrastructures municipales. En 2001, après 29 années en consultation, il est entré au service du département de génie civil de l’Université de Calgary en qualité d’ « expert industriel distingué », et il est par la suite devenu conseiller du vice-président à la recherche et à l’international, poste qui lui a permis de diriger plusieurs importants projets avec des organismes municipaux et non-gouvernementaux.

Il a été président du Conseil canadien des ingénieurs (maintenant appelé Ingénieurs Canada), de la « Association of Professional Engineers, Geologists and Geophysicists of Alberta (APEGGA) » et de « Consulting Engineers of Alberta ». Darrel Danyluk est « Fellow » d’Ingénieurs Canada, de l’Académie canadienne du génie, de la Société canadienne de génie civil, de l’Institut canadien des ingénieurs, et de l’ « American Society of Civil Engineers ».

Ses responsabilités actuelles en matière d’environnement comportent notamment la présidence du comité sur la vulnérabilité des infrastructures publiques à l’impact des changements climatiques, un organisme qu’il dirige depuis sa création. Au niveau international, il a été vice-président de la Fédération mondiale des organisations d’ingénieurs (FMOI), et président du comité de la FMOI sur le génie et l’environnement. Il a participé activement à la Commission de l’ONU sur le développement durable ainsi qu’à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques.

L’APEGGA lui a décerné le titre de membre honoraire à vie ainsi que le prix Charlesworth. Ingénieurs Canada lui a attribué son prix de reconnaissance pour services exceptionnels, et l’École de génie Schulich de l’Université de Calgary lui a décerné le titre de « Champion ». En 2010, il fut fait membre de l’Ordre de l’Université de Calgary.

 

Conférencier : séance plénière questions politiques

STEPHEN DE BOER

Stephen de Boer est sous-négociateur en chef en matière de changement climatique et directeur général de Climate Change International (CCI) à Environnement Canada. Son rôle l’amène à promouvoir les intérêts environnementaux et économiques du Canada dans le développement d’un nouvel accord sur le changement climatique sous l’égide de la CCNUCC. Par ailleurs, il participe aux discussions multilatérales et bilatérales sur le changement climatique avec les principaux pays, pilote la participation canadienne aux partenariats technologiques internationaux et assure la coordination avec les ministères fédéraux concernés par le changement climatique international.

Avant d’entrer à Environnement Canada, Monsieur de Boer a occupé divers postes au ministère des Affaires étrangères et du commerce international (Canada), le plus récent étant celui de directeur à la Direction du droit des océans et environnemental où il a joué le rôle de conseiller principal de l’équipe du Canada chargée des négociations sur le changement climatique. Il a également été directeur à la Direction du bois d’œuvre de 2006 à 2007 et a travaillé 11 ans au gouvernement de l’Ontario. Monsieur de Boer a exercé un certain nombre de fonctions d’enseignant, notamment à la Faculté de droit de l’University of Western Ontario, à l’Osgoode Hall Law School et à la Case Western Reserve University School of Law, à Cleveland, Ohio.

Il est diplômé de la Faculté de droit de l’University of Western Ontario et a reçu sa maîtrise en droit de Georgetown University. Il est membre du Barreau du Haut-Canada.

 

Tom Blees

Conférencier : séance plénière questions politiques

TOM BLEES

TOM BLEES est président du Science Council for Global Initiatives (SCGI), ONG vouée au rehaussement du niveau de vie de tous les peuples et à la réparation des dommages causés à notre environnement. Dans son livre Prescription for the Planet – The Painless Remedy for Our Energy & Environmental Crises, il expose plusieurs des objectifs du SCGI ainsi que les méthodes préconisées pour les atteindre. M. Blees est membre du comité de sélection du Global Energy Prize, qui est considéré comme l’équivalent russe du prix Nobel pour la recherche énergétique. Il siège également au conseil d’administration du World Energy Forum, organisation affiliée aux Nations Unies et à la Banque mondiale dont le but de fournir une énergie abondante à toute l’humanité s’apparente à celui du SCGI. M. Blees agit en outre comme consultant en systèmes énergétiques auprès de sociétés privées et de gouvernements, à l’échelle tant locale qu’internationale.

 

Katherine Albion

Conférencier : séance plénière questions politiques

KATHERINE ALBION, Ph.D., B.E.Sc.

Katherine Albion est directrice du Centre Bowman pour la commercialisation de la technologie au parc scientifique Sarnia-Lambton de l’Université Western. Elle est entrée au parc scientifique comme ingénieure en commercialisation et recherche en 2008. Elle collabore étroitement avec l’industrie, les entrepreneurs et les chercheurs universitaires pour faire progresser la commercialisation de leurs produits et procédés. Mme Albion est une praticienne expérimentée de la méthodologie d’évaluation ProGrid, servant à mesurer le degré de maturité technique et commerciale d’une nouvelle technologie. Elle est également professeure de recherche adjointe au département de génie chimique et biochimique de l’Université Western.

Katherine Albion est diplômée de l’Université Western. Son baccalauréat en génie chimique, avec spécialisation en génie biochimique et environnemental, a été complété par un doctorat en génie chimique en 2007. La recherche expérimentale effectuée par Mme Albion a porté sur l’élaboration de techniques d’analyse de signal sophistiquées servant à la surveillance des procédés de transport pneumatique et d’hydrotransport.

Comme membre du groupe de travail sur les filières énergétiques de l’Académie canadienne du génie, Mme Albion est l’auteure de « Canada: Winning as a Sustainable Energy Superpower ». Ce livre passe en revue les douze derniers grands projets à l’origine de la création du Canada et propose neuf nouveaux projets d’envergure à réaliser dans la première moitié du 21e siècle. Mme Albion est également auteure principale d’un rapport de l’Académie canadienne du génie sur les progrès accomplis depuis 2007 par le Canada, devenu une superpuissance énergétique. Ce rapport met l’accent sur le développement de technologies énergétiques renouvelables et durables, considérées comme ayant un impact substantiel sur le futur de l’alimentation en énergie du Canada.

 

Madramootooo

Conférencier : séance plénière Alimentation et population

CHANDRA MADRAMOOTOO

Le professeur Chandra Madramootoo est doyen de la faculté des sciences agricoles et environnementales, vice-recteur associé de l’Université McGill, et professeur « James McGill » au département de génie de la bioressource. Il a obtenu un BSc (génie agricole), un MSc et un doctorat en génie agricole à l’Université McGill, et il a mené une carrière universitaire à McGill à titre de professeur en génie de l’irrigation et du drainage, franchissant rapidement les échelons. Il est membre de l’Ordre des ingénieurs du Québec.

Il a été administrateur fondateur du « Brace Centre for Water Resources Management », et il a acquis une réputation internationale en gestion de la nappe phréatique, en irrigation, en drainage, en qualité des eaux, en gestion des bassins versants, en mise en valeur des terres, en recherche agricole et en développement agricole. Il a été président de la Commission internationale des irrigations et du drainage de 2008 à 2011,et il en a été vice-président de 2000 à 2003.

Le professeur Madramootoo est membre du conseil d’administration de l’Institut international de recherche sur les cultures des zones tropicales semi-arides (ICRISAT), l’un des 15 centres endossés par le Groupe consultatif pour la recherche agricole internationale (GCRAI), basé à Andhra Pradesh, en Inde. Il est conseiller de nombreuses institutions, dont l’Administration du rétablissement agricole des Prairies, d’Agriculture et Agroalimentaire Canada, de l’ACDI, de FAO, du Programme international de recherche technologique en matière d’irrigation et de drainage (IPTRID), et de la Banque mondiale. Son enseignement et ses recherches en matière de gestion des eaux ont donné lieu à une activité internationale importante avec des gouvernements dans les Antilles, en Asie centrale, en Égypte, au Pakistan, en Inde et au Sri Lanka.

Le professeur Madramootoo a publié plus de 175 chapitres et communications dans des ouvrages scientifiques. Il a donné plus de 175 conférences et il a été conférencier invité plus de 100 fois lors de congrès et symposiums nationaux et internationaux. Il a dirigé les thèses de plus de 75 étudiants au niveau de la maîtrise et du doctorat. Ses travaux lui ont mérité plusieurs prix nationaux et internationaux . Il a été fait « Fellow » de la « Canadian Society of BioEngineering (CSBE) », de l’ « American Society of Agricultural and Biological Engineers (ASABE) », et membre de la « International Water Academy ». Il a été invité à prononcer la conférence « N.D. Gulathi Memorial Lecture » de 2008 par la Commission internationale des irrigations et du drainage. L’Université de Guelph lui a décerné un doctorat honoris causa, et il a reçu la médaille du jubilé de la reine Elizabeth II.

Le professeur Madramootoo a joué un rôle essentiel dans l’organisation de quatre congrès de McGill sur la sécurité alimentaire mondiale, en 2008, 2009, 2010 et 2011, démarches qui ont donné lieu à la création du « McGill Institute for Global Food Security », premier organisme du genre au Canada.

 

Rashid Sumaila

Conférencier, séance plénière Alimentation et population

RASHID SUMAILA

Rashid Sumaila est professeur et directeur du Fisheries Centre et de la Fisheries Economics Research Unit de l’Université de la Colombie-Britannique. Il se spécialise en bioéconomie, en évaluation de l’écosystème marin et en analyse des enjeux mondiaux tels que les subventions au secteur des pêches, la pêche illégale ainsi que l’économie de la pêche hauturière et en eau profonde. Il étudie également les effets potentiels des menaces émergentes qui pèsent sur les océans – à savoir les changements climatiques et les déversements de pétrole – sur l’économie mondiale des pêches. M. Sumaila s’intéresse particulièrement à la manière dont l’intégration de l’économie à l’écologie et aux autres disciplines pourrait assurer une gestion durable des ressources environnementales au profit de toutes les générations. Il a travaillé à des projets touchant à la pêche et aux ressources naturelles au Canada, en Norvège et dans la région de l’Atlantique Nord, en Namibie, en Afrique du Sud, au Ghana et en Afrique de l’Ouest, ainsi qu’à Hong Kong et dans la mer de Chine méridionale.

Il a publié plus de 135 articles dans des revues savantes, notamment Science, Nature et le Journal of Environmental Economics and Management. Les travaux de M. Sumaila ont suscité beaucoup d’intérêt et ont été mentionnés dans plusieurs médias, notamment The Economist, le Boston Globe, l’International Herald Tribune, le Maine Sunday Telegram, le Financial Times, le Globe and Mail, VOA, CBC News et le Vancouver Sun.

La contribution de M. Sumaila au débat mondial sur les pêcheries océaniques durables lui a valu des prix et récompenses, y compris le Leopold Leadership Fellowship, le Pew Fellowship for Marine Conservation, le Craigdarroch Award for Societal Contribution, le prix international Zayed pour l’environnement et le Peter Wall Institute Senior Early Career Scholar Award.

Son influence politique se mesure par les nombreuses tribunes importantes où il a été invité à parler au fil des ans, dont le dialogue sur les océans à la Conférence mondiale des Nations Unies Rio + 20, la Maison-Blanche, le Congrès américain, le Parlement du Canada, la Chambre des lords, au Royaume-Uni, et l’Organisation mondiale du commerce. En outre, M. Sumaila a obtenu en 2010 une audience auprès du prince Charles au palais St James à Londres. La discussion avait alors porté sur les dispositions à prendre pour assurer la durabilité des pêcheries océaniques à l’échelle internationale

 

John Kennelly

Conférencier, séance plénière Alimentation et population

JOHN J. KENNELLY

John J. Kennelly est doyen de la faculté de l’agriculture et des sciences de la vie et de l’environnement à l’Université de l’Alberta. Le professeur Kennelly est « Fellow » de l’Institut agricole du Canada, de la Société canadienne de science animale et du Collège international de nutrition. Il a également reçu nombre de prix, dont le « Distinguished Agrologist Award » en 2011, le titre de « professeur Arthur G. McCalla », le prix de nutrition de la Société canadienne de science animale, et le prix Earl W. Crampton pour services rendus dans le domaine de la nutrition. Il a le singulier honneur d’avoir mérité tous les prix importants attribués par la Société canadienne de science animale, dont le prix du jeune scientifique, le prix d’excellence en matière de viande et de nutrition, et le prix des industries animales de la Société canadienne de science animale pour service public. Il est l’auteur de plus de 150 communications et autres ouvrages.

Les recherches du professeur Kennelly portent sur la physiologie de la nutrition et de la lactation. Ses groupes de recherche ont contribué à la compréhension de l’influence de la nutrition et de la génétique dans la composition du lait, et notamment du rôle de la nutrition dans l’augmentation des acides gras du lait, qui sont importants pour la santé. Le professeur Kennelly croit aux liens étroits entre l’université et la communauté, et il a établi d’excellentes relations avec d’importants partenaires dans l’industrie et dans l’administration publique. Il considère que sa plus grande réussite en matière de rayonnement est la création de la « Western Canadian Dairy Conference », au début des années quatre-vingt. Cette initiative attire aujourd’hui plus de 700 participants, à chaque année, à Red Deer. Elle a joué un rôle important dans le positionnement de l’industrie laitière en ce qui a trait à l’adoption de nouvelles technologies au cours du dernier quart de siècle.

 

Bertrand Derome

Conférencier, séance plénière Alimentation et population

BERTRAND DEROME, BDI, ADIQ, NPDP

Diplômé de l’École de design industriel de l’Université de Montréal, Bertrand Derome est directeur général de l’institut de développement de produits (IDP) où il agit comme conseiller en développement durable depuis 2006. Il possède plus de huit ans d’expérience en développement de produits dans les secteurs manufacturier et de service à titre de designer, responsable du développement de produits et de directeur du design industriel. Membre professionnel agrée de l’Association des designers industriels du Québec (ADIQ) il est également certifié New Product Development Professional (NPDP) et chargé de cours à la maitrise en gestion de l’ingénierie à l’Université de Sherbrooke.

Son expérience de l’intégration des enjeux environnementaux en développement de produit l’amène aujourd’hui à conseiller l’industrie manufacturière dans l’intégration du développement durable dans les stratégies d’innovation et la conception des produits. Il est responsable de formation, d’intervention et d’accompagnement dans le cadre de programmes du CNRC et du MDEIE, deux partenaires importants de l’IDP. De plus, il est également président du conseil d’administration de PACT, un organisme voué à la formation et l’accompagnement des professionnels de la communication graphique, pour contribuer au développement de marques et emballages écoresponsables.

 

Frank Saunders

Conférencier, séance plénière Énergie

FRANK SAUNDERS

Frank Saunders a entamé sa carrière dans l’industrie nucléaire, à Ontario Hydro, où il a occupé un certain nombre de postes de gestion. Il a ainsi acquis de l’expérience dans plusieurs disciplines, dont l’ingénierie, l’exploitation, l’assurance de la qualité, la sécurité et l’inspection. Il a passé quatre années à Ontario Hydro Nuclear à mettre sur pied et à effectuer des évaluations de sûreté nucléaire au nom d’Ontario Hydro et de l’Institute of Nuclear Power Operations (INPO). Son rôle l’a amené à réaliser des inspections d’usines en Amérique du Nord et à l’international. Au bout de 13 ans à Ontario Hydro Nuclear, Monsieur Saunders entre à l’Université McMaster comme directeur, responsable du réacteur nucléaire McMaster. Par la suite, il occupe le poste de directeur de la section Opérations nucléaires et installations dans laquelle, en tant qu’expert principal en opérations nucléaires, il supervise l’exploitation du réacteur McMaster, de l’accélérateur, des laboratoires du bâtiment de recherche nucléaire et des installations auxiliaires. En 2001, Monsieur Saunders retourne au site de Bruce à l’occasion du lancement de Bruce Power comme vice-président, sécurité et environnement. Depuis 2001, il occupe des postes de cadre dans un certain nombre de domaines, notamment la sécurité, l’environnement, les relations avec les autorités de règlementation et la supervision.Frank Saunders est particulièrement fier de la solide réputation de Bruce Power dans ces secteurs et d’avoir eu la possibilité d’y jouer un rôle. Avant d’œuvrer plus de 25 ans dans l’industrie nucléaire, il a servi 12 ans dans les Forces canadiennes comme ingénieur de matériel terrestre.
Monsieur Saunders occupe actuellement le poste de vice-président, surveillance nucléaire et affaires règlementaires, chez Bruce Power.

 

David Layzell

Conférencier, séance plénière Énergie

DAVID B. LAYZELL

David B. Layzell est professeur et directeur général de l’Institute for Sustainable Energy, Environment and Economy (ISEEE) de l’Université de Calgary. Il est entré au service de cet établissement en 2008, après une longue et remarquable carrière de professeur de biologie à l’Université Queen’s, à Kingston. Membre de la Société royale du Canada, il a publié plus d’une centaine d’articles dans des revues à comité de lecture, déposé sept brevets et reçu de nombreuses bourses de recherche.

M. Layzell a lancé la société essaimée Qubit Systems inc., qui fabrique des instruments électroniques pour la recherche et l’enseignement dans les domaines des sciences biologiques, biomédicales et environnementales. Entre 1998 et 2008, il a établi puis dirigé BIOCAP Canada, fondation nationale de recherche universitaire qui collaborait avec des chercheurs de plus de 30 universités de tout le Canada à l’élaboration de moyens biologiques pour lutter contre les changements climatiques et favoriser la sécurité énergétique. À l’Université de Calgary, il a présidé à l’établissement de Carbon Management Canada, réseau national universitaire voué à la gestion du carbone dans les secteurs des combustibles fossiles. M. Layzell dirige actuellement la nouvelle initiative de recherche interdisciplinaire et de formation supérieure de l’ISEEE sur l’analyse des systèmes énergétiques.

 

Richard Moffett

Conférencier, séance plénière Énergie

RICHARD MOFFETT

Richard Moffett est gestionnaire de comptes – Québec, États-Unis et produits nucléaires mondiaux à Candu Énergie inc., conceptrice des réacteurs nucléaires CANDUMD. Diplômé en génie mécanique de l’École Polytechnique de Montréal (1984), il travaille dans le secteur de l’énergie depuis plus de 25 ans. Il s’est consacré au perfectionnement des simulateurs de formation sur les centrales nucléaires et les centrales à combustible fossile, à l’amélioration des méthodologies d’analyse de sûreté et des guides de conception, ainsi qu’à l’innovation dans le domaine des installations nucléaires.

M. Moffett a représenté le Canada au sein du comité de l’Agence internationale de l’énergie atomique chargé de l’examen du guide de conception des enceintes de confinement, auquel ont été intégrées de meilleures directives en cas d’accident grave. Il a également participé à la conception d’un système passif de recombinaison d’hydrogène visant à empêcher les explosions d’hydrogène (observées par exemple à Fukushima) de même qu’à la mise en œuvre de cette technologie dans des réacteurs du Canada et de l’étranger. Cette avancée technologique a été saluée par des prix du Chicago R & D Magazine en 1997 et de la Société nucléaire canadienne en 2003.

 

Conférencier, séance plénière Énergie

COLIN CLARK

 

 

 

 

 

Margaret Catley Carlson

Conférencier, séance plénière Eau

MARGARET CATLEY CARLSON

Margaret Catley-Carlson œuvre au sein de divers conseils d’administration afin d’améliorer la gestion des ressources hydriques et la productivité agricole. Elle préside le comité consultatif sur la prévoyance du Groupe Suez Environnement et le Fonds fiduciaire mondial pour la diversité des cultures, et siège au conseil consultatif sur l’eau du secrétaire général des Nations Unies. Elle est également membre du conseil d’administration du Réseau canadien de l’eau, de l’Institut international de recherche sur les politiques alimentaires, du Centre international de mise en valeur intégrée des montagnes, de la Fondation Syngenta, du Centre international de développement des engrais (gestion des engrais) et de la Bibliothèque d’Alexandrie. Elle fait en outre partie des jurys du Prix de l’Eau Stockholm et du prix Tyler pour l’environnement, et siège au conseil consultatif du Prix Mondial de l’Alimentation.
Par ailleurs, Mme Catley-Carlson est présidente d’honneur et ancienne présidente du Partenariat mondial pour l’eau ainsi qu’ancienne présidente de l’Agence canadienne de développement international. Elle a également été directrice générale adjointe de l’UNICEF, présidente du Population Council de 1993 à 1998, et sous-ministre, Santé et Bien-être social Canada.

 

Dave Sauchyn

Conférencier : séance plénière Eau

DAVE SAUCHYN

Le professeur Dave Sauchyn est professeur-chercheur au sein du Collectif des Prairies pour la recherche en adaptation de l’Université de Régina. Ses travaux portent sur le climat et l’hydrologie du dernier millénaire dans le territoire intérieur de l’ouest du Canada de même que sur l’application de ces connaissances à l’établissement de scénarios hypothétiques en ce qui concerne les conditions climatiques et les ressources hydriques futures. Il a été appelé à témoigner à titre d’expert en matière de changements climatiques devant des comités du Sénat et de la Chambre des communes ainsi que dans le cadre de forums organisés par les premiers ministres et ministres de l’environnement provinciaux. M. Sauchyn codirige actuellement une étude quinquennale sur la vulnérabilité aux conditions climatiques extrêmes au Chili, en Argentine, en Colombie, au Brésil et dans les Prairies canadiennes. Il est rédacteur principal et coauteur du livre The New Normal: The Canadian Plains in a Changing Climate, paru en 2010.

 

Conférencier : séance plénière Eau

LORNE TAYLOR

 

 

 

Brian Mergelas

Conférencier : séance plénière Eau

BRIAN MERGELAS

Brian Mergelas a amplement fait ses preuves en tant qu’entrepreneur et expert en développement stratégique, en leadership opérationnel et en gestion des finances et des relations. Il a réussi à commercialiser plusieurs technologies nouvelles dans le domaine de l’eau.

Brian Mergelas a obtenu son doctorat en physique de l’Université Queen's. Après avoir œuvré dans l’industrie pétrolière et mis au point des systèmes avancés pour l’inspection des pipelines, il s’est rendu compte qu’il y avait un écart croissant de financement dans le domaine des infrastructures municipales ; il a donc été le co-fondateur de l’entreprise « Pressure Pipe Inspection Company (PPIC) ». PPIC a créé un ensemble de technologies uniques brevetées pour aider les organismes municipaux responsables de la gestion de l’eau potable et des eaux usées à mieux comprendre l’état de leurs conduites souterraines afin de pouvoir planifier efficacement l’entretien des tuyaux, sans pour autant ruiner ou surtaxer les contribuables.

Brian Mergelas et son entreprise ont fait valoir que même si les conduites souterraines étaient vétustes, des décisions fondées sur l’état réel des équipements quant aux réparations et au remplacement permettaient de prolonger la vie utile de nombreux systèmes. Ses travaux ont permis d’épargner des millions de dollars en matière de remplacement de conduites souterraines à travers le monde.

PPIC était une entreprise établie en Ontario, qui a rapidement pris de l’expansion aux USA et au Mexique. L’entreprise a également conquis des marchés internationaux, en Asie, au Moyen-Orient et en Amérique du Sud. PPIC est reconnue comme un grand succès canadien dans le domaine des technologies de l’eau et a mérité plusieurs prix en matière d’exportation et de technologies.

 

Marc Rosen

Conférencier, progrès achevé et direction pour l’avenir

MARC A. ROSEN Ph.D., FEIC

De 2002 à 2008, Marc A. Rosen a été doyen fondateur de la Faculté de génie et de sciences appliquées de l’Institut universitaire de technologie de l’Ontario, à Oshawa, où il continue d’enseigner aujourd’hui. Ingénieur agréé en Ontario, il a été président de l’Institut canadien des ingénieurs et de la Société canadienne de génie mécanique (de 2002 à 2004). Ses recherches, parrainées en grande partie par l’industrie, portent sur la thermodynamique, la durabilité énergétique et les répercussions des systèmes énergétiques sur l’environnement. M. Rosen a également enseigné à l’Université Ryerson, dont il a dirigé le Département de génie mécanique, aérospatial et industriel ainsi que l’École de génie aérospatial. Il a en outre travaillé pour l’Imatra Power Company en Finlande, l’Argonne National Laboratory près de Chicago et l’Institute for Hydrogen Systems dans la région de Toronto. Il s’est vu décerner de nombreux prix et récompenses : Prix d’excellence en recherche et développement de la technologie du ministère de l’Environnement et de l’Énergie de l’Ontario (devenu ministère de l’Environnement); médaille Smith de l’Institut canadien des ingénieurs du Canada pour sa contribution au développement du Canada; et médaille Angus de la Société canadienne de génie mécanique pour sa contribution exceptionnelle à la gestion et à la pratique du génie mécanique. Marc A. Rosen est membre de l’Institut canadien des ingénieurs, de l’Académie canadienne du génie, de la Société canadienne de génie mécanique, de l’American Society of Mechanical Engineers et de l’International Energy Foundation.

 

Stephane Forget

Conférencier, progrès achevé et direction pour l’avenir

STÉPHANE FORGET, MBA

À l’emploi de la Société de transport de Montréal (STM) depuis décembre 2010, Stéphane Forget a occupé la fonction de directeur de la coordination des dossiers stratégiques pour ensuite être promu directeur exécutif aux Relations externes et planification stratégique en janvier 2012.
Il est responsable des activités gouvernementales de la STM, des relations avec les principaux partenaires commerciaux, la coordination des dossiers stratégiques,la planification stratégique, le développement durable, le processus d’amélioration continue ainsi que l’innovation et la gestion des risques.

M. Forget possède une vaste expérience des affaires gouvernementales et publiques, fort d’une carrière de plus de 20 ans dans l’univers des services publics, il a occupé diverses fonctions au sein de la Ville de Montréal, dans le monde associatif à la Société Radio-Canada et au sein du gouvernement du Québec.

 

top of page

 

website by K. Naylor