Climate Change Technology Conference 2013

"L'ingénierie pour un monde durable"

Le succès même de notre espèce nous a menés à une situation où la nature limitée des ressources de notre planète doit être prise en compte dans tout futur planning. En cette époque de changements climatiques rapides, avec des incidences tant sur le plan environnemental que sociologique, cette conférence sera dédiée à l’étude et la présentation de l’état et des perspectives d’avenir de l’ingénierie au service d’un futur plus brillant pour l’humanité.


Mona E. Brøther, ambassadrice de Norvège
Marius Paraschivoiu, Président, Comité organisateur de CCTC 2013

 


Présentation des laureats de l'ICI

 


Jean Zu, président de l'ICI, avec les laureats

 

Les catégories de sujets proposées pour la conférence:

Étalement des projets d’ingénierie pour atténuer les impacts

Selon l’IPCC, afin de prévenir tout dommage irréversible à notre planète, les émissions de gaz à effet de serres doivent être réduites de 50 pour cent pour 2050. L’IPCC affirme aussi que les émissions globales doivent atteindre un sommet en 2015 et diminuer par la suite.  Pour vraiment faire une différence, à cette heure tardive, les ingénieurs canadiens peuvent prendre l’initiative d’orienter le Canada vers une lutte basée sur l’atténuation des changements climatiques, et se souvenir des mots que Churchill ajoutait sur ses notes de service : «  Pour action le jour même ».

La piste de l’atténuation demande des résumés de communications portant sur les mesures qui réduisent d’urgence les émissions de gaz à effet de serres. Ces mesures peuvent notamment inclure la production de biens et services impliquant moins d’émissions, l’amélioration de l’efficacité en matière de production d’énergie, de transport, d’utilisation de l’eau, de production industrielle et de logements, tout en accélérant l’utilisation de technologies et de carburants à faible teneur en carbone. Une autre façon d’atténuer les effets des changements climatiques est d’améliorer les « éviers (ces réservoirs qui absorbent le CO2) artificiels et naturels.

Les auteurs sont invités à joindre à leur proposition une évaluation en dollars du coût de diminution  d’une tonne de CO2, ainsi que le temps requis pour la mise en œuvre de l’idée soumise. Les auteurs sont invités à étudier, à titre d’exemple, la méthodologie de classement des technologies élaborée pour un modèle de changement climatique en matière de transport utilisé dans le cadre des Jeux olympiques d’hiver de 2010, à l’adresse  www.ghgenius.ca 

Ingénierie adaptée
Les programmes et les mesures en vue de diminuer les émissions de GES ne font que ralentir la vitesse des changements de climat ( atténuation ). Il est donc évident que :
Il faut accorder une attention égale à l’augmentation de notre capacité d’adaptation aux changements de climat. Ce sujet porte sur les projets, les programmes et les recommandations en matière de conception, planification, procédés et outils pour augmenter et améliorer notre capacité d’affronter les changements de climat.
Programme d’éducation et stratégies
La consommation des ressources dans les pays développés et l’accroissement de la population dans les pays en voie de développement sont autant de participants importants au réchauffement de la planète.  Les pays développés devront de plus en plus utiliser les énergies renouvelables, l’améliorer l’efficacité énergétique, l’aide aux pays en voie de développement, la conservation des ressources et l’aide aux pays en voie de développement en éducation et pour l’amélioration de leur niveau de vie, afin qu’ils puissent aussi améliorer la durabilité et abaisser le rythme de leur croissance démographique.

La communauté scientifique doit aider les gouvernements à formuler des plans à long terme  et doit participer aux initiatives durables entreprises par des groupes pour ( ce qui pourrait inclure les entreprises ) et des ONG.  Les démarches de ce genre doivent être promptement diffusées via l’internet et les médias.

Gestion des risques
L’évaluation et la gestion des risques peuvent être définis de multiples façons, en fonction des disciplines et des problèmes abordés. Dans la plupart des cas, le risque est défini comme étant le résultat de la probabilité qu’un événement se produise  et les conséquences d’un tel événement. Les risques associés au changement du climat. Les risques associés au climat ont toujours existé. Mais ne se sont mis à augmenter qu’au cours des dernières décennies, attirant l’attention du génie sur les aspects mondiaux de la durabilité. Ces pistes de solution porteront sur les risques reliés au climat qui exigeront des modifications à notre conception de la gestion du risque, dans la mesure où elles affectent le développement des infrastructures en général. . Les sujets au programme comportent notamment :

  • L’évaluation et la gestion de risques dans le développement des richesses naturelles (l’eau, les mines et les forêts)
  • L’Impact du changement de climat sur les normes et les critères des infrastructures importantes;
  • Le changement de climat et la durée de vie des structures fabriquées par les humains
  • La vulnérabilité à long terme des infrastructures existantes (barrages, autoroutes, ouvrages de protection contre les inondations, réseaux électriques, ponts, etc)
Analyse des décisions basées sur les risques et principes ALARP  – comment ils évoluent – (si tant est qu’ils évoluent) ?
Normes d’ingénierie et sécurité
Les codes et les standards créés par les organismes de réglementation, les sociétés d’ingénieurs et le secteur privé jouent un rôle extrêmement important et souvent essentiel dans la vie quotidienne des ingénieurs. Ils sont utilisés pour plusieurs raisons, dont les principales sont d’assurer la protection  de la santé et de la sécurité du public, la protection de l’environnement; l’efficacité des pratiques, la fiabilité des équipements, du matériel et des procédés, et l’application de pratiques acceptables en matière de génie. L’effet des changements climatiques pourrait exiger d’importantes modifications à la pratique du génie ainsi qu’aux procédures, aux codes et aux standards. Les organisateurs demandent aux ingénieurs de soumettre des résumés de communications portant sur les multiples sujets reliés codes et aux standards.
Modélisation, analyse et conception
Ingénieurs et technologues se servent depuis longtemps de modèles pour développer et tester des projets d’une façon souple et économique, afin de voir à ce que les systèmes et les structures qu’ils élaborent sont optimisés en matière de sécurité, de fonctionnalité et de fiabilité. Les modèles et les prototypes physiques demeurent indispensables à la création, à la vérification et à la validation des systèmes dans nombre de domaines d’application. Les outils informatisés de modélisation et de simulation sont maintenant essentiels pour l’analyse rapide et précise dès les premiers stades de création de la plupart des projets. Les changements climatiques pourraient imposer des exigences en termes de structure et de performance sur les systèmes artificiels sortant du domaine de l’expérience préalable, à cause des changements dans les conditions d’exploitation et d’environnement et de la possibilité d’assister à des événements extrêmes plus fréquents.  Des modèles numériques et physiques de grande qualité peuvent fournir des données fiables pour concevoir des systèmes sécuritaires et fiables  optimisés en fonction de ces nouvelles conditions.
Bénéfices au plan coût et accessibilité
On retrouve, sous ce volet, deux thèmes importants. Presque toutes les catégories, sur lesquelles on élaborera au cours de cette Conférence, présentent un coût mais doivent également offrir des bénéfices et on doit aussi pouvoir en évaluer l'accessibilité ou à quel coût on peut se les permettre. Qu'on pense aux notions d'ingénierie adaptée, à la gestion des risques, aux normes en place qui pourront et/ou devront être modifiées, aux développements technologiques en cours et futurs, à ce qui doit être mis en place pour apprécier et contrer tous les éléments catastrophiques, chacune de ces composantes doit se prêter, avant sa réalisation, à une appréciation des bénéfices attendus au plan coût et à leur accessibilité.
Autres options technologiques
Voici une occasion de soumettre des communications décrivant :

  • Comment certaines solutions techniques n’ont pas réussi et pourquoi
  • Certaines solutions techniques peuvent s’appliquer dans un lieu, en fonction de la situation locale, et ne pas être applicables ailleurs
  • Les solutions techniques qui exigent une autre technologie en complément
  • Une mauvaise compréhension de la technologie a pour effet de condamner certaines technologies valables
  • Une mauvaise compréhension des coûts totaux provoque du gaspillage
  • Il n’existe pas de solution miracle
  • Les idées politiques peuvent ne pas être renouvelables
Progrès en recherche et développements technologiques
La piste technique pour les progrès de la technologie et de la recherche qui ont été réalisés dans le règlement des problèmes reliés aux changements climatiques. Les organisateurs demandent des résumés de communications dans les domaines de l’énergie et des sciences de l’environnement, du génie et des technologies, y compris dans les domaines suivants

  • Les systèmes d’énergie verte
  • Les sources d’énergie verte et les vecteurs énergétiques
  • La conversion et la gestion vers l’efficacité énergétique
  • La réduction et le contrôle des émissions
  • La surveillance et le nettoyage de l’environnement
Leçons apprises
Beaucoup de travaux valables ont été entrepris, réalisés et poursuivis sur divers sujets reliés aux changements du climat.  Et nous avons appris beaucoup sur ce qui fonctionne, ce qui est prometteur, et sur les domaines qui exigent un changement de stratégie.  Sous le thème « Les leçons de l’expérience, le congrès CCTC2013 invite toute personne ayant tiré des leçons valables d’une expérience à partager leur expérience et leurs leçons péniblement apprises avec leurs pairs du secteur des sciences.  Le monde ne dispose ni du temps ni des ressources nécessaires pour permettre à tous et chacun d’apprendre toutes leçons par lui-même, et c’est pourquoi nous devons apprendre des autres.
Planification contre les catastrophes et désastres naturels
L’une des conséquences de l’accroissement des températures et du climat est une croissance de la fréquence et de la gravité des phénomènes météorologiques extrêmes comme les ouragans, les tornades, les typhons, etc.

Les projets et recommandations en vue d’augmenter et d’améliorer notre capacité à prévoir le lieu, l’heure et la gravité de tels phénomènes, de fournir des alertes préalables et d’améliorer notre capacité de réagir et de faire face aux conséquences désastreuses de ces phénomènes seront très précieux pour les communautés affectées.
Sujets divers
en construction